S'abonner au Flux RSS

Ma librairie » Critiques, ★★★☆☆ - Bien » Syngué sabour, Pierre de patience d’Atiq Rahimi

Syngué sabour, Pierre de patience d’Atiq Rahimi

Syngué sabour, Pierre de patience d’Atiq Rahimi

Une femme afghane est au chevet de son mari, blessé, qui repose inerte sur un lit dans une chambre. Pour qu’il guérisse, le mollah lui a dit qu’elle devait réciter pendant 99 jours, 99 fois par jour, les 99 noms d’Allah… Mais au bout de seize jours, la jeune femme, qui est aussi une jeune maman de deux petites filles, craque.

Au début, hésitante, ayant toujours peur que son mari sorte de sa torpeur, elle n’ose lui lancer que des bribes. Mais, au fur et à mesure, elle va se révolter contre ce devoir de prier sans cesse et elle va se laisser aller à dire ce qu’elle a tu toute sa vie…

La violence des hommes, de son père, qui les battait, avec sa mère et ses six sœurs, de celle de son mari. Un héros auquel elle a été fiancée, puis mariée, par contumace pendant que celui-ci faisait la guerre.

Elle raconte cette solitude et cet enfermement dans lequel elle était et dont elle n’avait même pas conscience, pendant ces trois premières années de mariage où elle était sans son mari, et où elle vivait dans sa belle-famille, partageant le lit de sa belle-mère, qui protégeait ainsi sa virginité… Heureusement, elle trouvait du réconfort auprès de son beau-père qui l’appréciait et avec qui elle lisait, partageait, échangeait.

Mais, entre ces intermèdes, la vie continue. Dehors, c’est la guerre, les explosions et les balles fusent. Son quotidien n’est fait que de peur et de solitude. Lorsque son mari a été blessé dans une rixe contre un soldat de son clan pour une insulte, sa belle-famille l’a délaissée et lui a fait comprendre qu’elle était seule au monde, maintenant avec ses deux filles.

Si des soldats entrent chez elle, ils tueront sûrement son mari et la violeront. Alors, le jour où cela arrive, elle réussit à le cacher et à faire croire qu’elle est une prostituée, les dissuadant ainsi de leurs viles intentions.

Mais malgré sa colère et sa souffrance, elle continue son devoir d’épouse. Elle soigne son homme, le lave, le nourrit et se laisse à lui montrer son amour et sa tendresse, ce qu’elle n’avait jamais pu faire auparavant.

Et plus le temps passe, plus le voyant toujours impassible, elle va s’enfoncer dans ses souvenirs et lui avouer l’indicible.

Il deviendra alors, sa syngué sabour, sa pierre de patience auprès duquel elle va pouvoir déverser ses malheurs les plus intimes…

 

Syngué sabour, est un livre d’une grande violence sur la condition de la femme dans le monde musulman.

Il est comme un cri de toutes les injustices et souffrances que les femmes subissent au quotidien et qui leur sont faites par les hommes. Mais, malgré la beauté de certains passages et l’importance de ce qu’il dénonce, on regrette qu’il soit si cru et violent.

Ce roman, qui est un véritable appel à la liberté, a reçu le Prix Goncourt en 2008.

 

Syngué sabour, Pierre de patience d’Atiq Rahimi chez P.O.L

 

Morceaux choisis

« L’homme ne rit pas, cependant il a l’air de quelqu’un qui refrène son rire. Cela lui donne une mine étrange, celle d’un homme qui de l’intérieur, se moque de celui qui le regarde… »

« Ma tante n’a pas tort de dire que ceux qui ne savent pas faire l’amour, font la guerre. »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Catégories: Critiques, ★★★☆☆ - Bien · Tags: ,

Laissez un commentaire