S'abonner au Flux RSS

Ma librairie » Critiques, ★★☆☆☆ - Moyen » Loin de Chandigarh de Tarun J. Tejpal

Loin de Chandigarh de Tarun J. Tejpal

Loin de Chandigarh de Tarun J Tejpal

Loin de Chandigarh, dont le titre anglais The alchemy of desire comporte bien mieux l’essence du livre, est un roman sur le désir et notamment celui, du narrateur pour son épouse.

L’auteur, mi-écrivain, mi-journaliste ne vit que par et pour le désir ardent qu’il éprouve pour sa femme, la belle Fizz.

Mais au cours de ces 15 années de passion brûlante, des périodes de pertes de désir viennent entrecouper son idylle. Écrivain, il écrit un premier manuscrit qu’il brûle, puis un second qu’elle noie…

Dans les périodes d’écriture, la passion qu’ils éprouvent l’un pour l’autre n’en est que décuplée, mais au contraire, quand viennent les périodes de doute, le désir s’étiole…

Jusqu’au jour où le couple achète la maison de ses rêves, perdue au milieu des montagnes et où le mari découvre de mystérieux carnets, qui  vont peu à peu détruire son couple.

Ces carnets sont en fait le journal intime de l’ancienne propriétaire des lieux, une jeune femme américaine du nom de Catherine.

Mais au fur et à mesure qu’il plonge dans ces carnets au style pourtant pauvre et dont l’écriture est condensée et difficile à déchiffrer, il va comme tomber dans un tourbillon. La vie de cette femme l’accaparant complètement. Sa vie à lui n’ayant bientôt plus d’intérêt et sa femme devenant transparente…

Un voyage qui nous emmène de Chandigarh à Delhi, en passant par les montagnes du Nord de l’Inde.

C’est une entrée à la fois sulfureuse et brutale dans l’Inde des années 1990, avec un regard intéressant sur la société d’aujourd’hui. De très bons et beaux passages, d’une très grande sensualité, mais également des longueurs, des égarements et des passages trop familiers, et dont certains sont à la limite de la pornographie.

Ce livre, sorti en 2005 et qui fait plus de 600 pages est le premier roman de l’auteur.

À ne pas mettre entre toutes les mains !

Loin de Chandigarh de Tarun J Tejpal chez Le Livre de Poche


Morceaux choisis :

Ce fut vers cette époque qu’elle découvrit la thérapie du journal intime. Au fil des années, elle avait vu Syed écrire régulièrement dans les grands carnets reliés de cuir fauve, mais jamais elle ne s’était interrogée sur les motivations de cette habitude. Désormais, si loin de don enfance à Chicago, échouée sur le bord de l’histoire, sans projets dans le présent ni perspectives d’avenir, elle éprouvait le besoin de donner un sens à sa vie.

Les souvenirs des hommes peuvent devenir aussi dangereux que leurs fantasmes.

Je soupçonnais pour la première fois que l’histoire est toujours plus importante que le conteur. Ce n’était pas le conteur qui insufflait de la vie dans le récit, mais le récit qui maintenait le narrateur en vie

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Catégories: Critiques, ★★☆☆☆ - Moyen · Tags: , ,

Laissez un commentaire