S'abonner au Flux RSS

Ma librairie » Critiques, ★★★★★ - Coups de coeur » Le Désert des Tartares de Dino Buzzati

Le Désert des Tartares de Dino Buzzati

Le désert des Tartares de Dino Buzzati Le jeune Giovanni Drogo est appelé à servir au Fort Bastiani, qui donne sur une plaine esseulée, baptisée le désert des Tartares et qui tient son nom d’une époque où les Tartares auraient envahis cette région reculée d’Italie.
Depuis, ce fort a été construit pour protéger la population et les empêcher de passer. Mais, personne ne les a jamais vus, les Tartares ! Et seule l’idée d’une éventuelle guerre fait tenir les soldats qui rêvent de gloire et de batailles. Mais dans ce fort reculé, la vie y est bien morne. Il existe peu de distractions pour les jeunes officiers comme Drogo, plein de vie et de jeunesse.

La nuit, des bruits inhospitaliers effraient ces jeunes recrues, qui se blottissent dans leurs lits pour ne pas entendre le vent hurler dans la plaine.

À peine arrivés, ils pensent tous à repartir, mais les supérieurs les convainquent qu’il pourrait se passer quelque chose et qu’il leur suffirait de quelques mois pour s’accoutumer à cette nouvelle vie. Et puis, ne sont-ils pas jeunes ? N’ont-ils pas la vie devant eux ?

Pour tenir, ils s’imaginent que très vite, ils retrouveront la ville et les jolies filles. Et finalement, après quelques mois, comme si ce fort exerçait un pouvoir maléfique, ils décident d’y rester…

Avec ce livre, Dino Buzzati signe un chef d’œuvre, d’une finesse et d’une beauté rare. D’une écriture poétique, il dresse le portrait d’hommes dont leur destin leur échappe. Certains passeront ainsi leur vie à attendre inexorablement ce qui n’adviendra jamais.

De sa plume subtile, il sonde les âmes et les cœurs de ces pauvres soldats qui se sont laissés berner par l’illusion de la jeunesse, croyant qu’ils auraient toujours du temps après, pour la vraie vie.

On assiste ainsi impuissant à la perte de Drogo, ce jeune officier que l’on aimerait sauver et qui irrésistiblement s’enfonce comme dans un gouffre.

Paru en 1940, c’est un roman à la fois sublime et cruel sur la fuite du temps, les illusions perdues, le sens du devoir et de l’honneur… Et où les hommes semblent bien seuls et impuissants face à cette nature hostile et terrifiante qui les broient comme de vulgaires feuilles.

Le désert des Tartares de Dino Buzzati aux Editions Pocket

Ainsi, se déroulait à son insu, la fuite du temps.

Illusion tenace, la vie lui semblait inépuisable, bien que sa jeunesse eut déjà commencer de se faner.

La neige avait cessé de tomber, le vent, dans les rochers, poussait des cris lugubres, soulevait des tourbillons d’une poussière glacée, faisait vaciller la petite flamme des lanternes derrière les vitres de celles-ci.

Maintenant, ils étaient de nouveau loin l’un de l’autre, un vide s’ouvrait entre eux, en vain tendaient-ils la main pour se toucher : à chaque instant, la distance augmentait.

Lui les regarde disparaître au loin, perplexe, assailli de doutes insolites : et si, en réalité, il s’était trompé ? S’il n’était qu’un homme quelconque à qui ne revient, de droit, qu’un médiocre destin ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Catégories: Critiques, ★★★★★ - Coups de coeur · Tags: , ,