S'abonner au Flux RSS

Ma librairie » Critiques, ★★★☆☆ - Bien » Gourmandise de Muriel Barbery

Gourmandise de Muriel Barbery

Gourmandise de Muriel Barbery

Au moment de rendre son dernier soupir, un grand critique gastronomique se souvient. En quelques chapitres, on voit ceux qui connaissaient le grand homme le décrire,  à la fois le détester et le porter aux nus.

On voit ceux qu’il a fait souffrir et qui se sont éloignés de lui, ceux qui n’ont pas réussi à lui pardonner, ceux qui l’aiment encore ou ceux qui le détestent. En tous cas, il n’a laissé personne indifférent et sa mort approchant, chacun est remué en fonction de la relation qu’il avait avec le maître.

Lui, n’a aucun regret. Il a vécu en ayant conscience d’être un homme d’exception, un homme de pouvoir qui faisait plier les autres.

Une simple critique de sa part et la réputation d’un chef se faisait ou se défaisait. Et à mesure qu’il s’approche de sa fin, étendu dans son lit, il cherche, il scrute dans ses souvenirs d’enfance la sensation culinaire la plus extraordinaire de sa vie.

Il passe en revue son enfance, ses vacances en Algérie et la cuisine de sa grand-mère, le merveilleux des aliments étant toujours lié au contexte, à ce qu’il vivait à ce moment-là…

Finalement, cet homme odieux et détestable devient touchant dans sa quête de souvenirs, son ultime quête où il espère retrouver avant de partir le goût le plus merveilleux qu’il ait connu.

Ce livre est le premier de Muriel Barbery et l’on y voit déjà ses thèmes de prédilection apparaître, comme les clivages sociaux et c’est avec un même humour caustique qu’elle décrit les êtres et les situations.

Mais on découvre également la finesse de sa plume lorsqu’il s’agit de décrire les souvenirs, les sensations provoquées par la dégustation d’un mets et ce que cela déclenche en soi.

Ce livre est un vrai plaisir, comme son nom…

 

Gourmandise de Muriel Barbery chez Folio


Morceaux choisis :

«  Dans le simple mot «  sorbet », déjà, tout un monde s’incarne. Faites l’exercice de prononcer à voix haute : « Veux-tu de la glace ? » puis d’enchaîner, immédiatement sur :  « Veux-tu du sorbet ? « , et constatez la différence. C’est un peu comme lorsqu’on lance, en ouvrant la porte, un négligent : « Je vais acheter des gâteaux », alors qu’on aurait très bien pu, sans désinvolture, ni banalités, se fendre d’un petit : « Je vais chercher des pâtisseries » (bien détacher les syllabes : non pas « pâtisseries » mais pâ-ti-sse-ries ») et, par la magie d’une expression un peu désuète, un peu précieuse, créer à moindres frais, un monde d’harmonies surannées. »

«  Il n’a rien de plus délectable que de voir l’ordre du monde se plier à celui de nos désirs. »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Catégories: Critiques, ★★★☆☆ - Bien · Tags: ,

Laissez un commentaire