S'abonner au Flux RSS

Ma librairie » Critiques, ★☆☆☆☆ - À éviter » Trois jours chez ma mère de François Weyergans

Trois jours chez ma mère de François Weyergans

Trois jours chez ma mère de François Weyergans

Ce livre étonnant se compose en deux parties.

La première parle du narrateur, un certain François Weyergraf, écrivain quinquagénaire nonchalant qui se trouve dans l’incapacité de terminer un livre depuis 5 ans.

Il s’agit également de sa vie, son quotidien, entrecoupé de souvenirs d’enfance, d’école, de son rapport à sa mère vieillissante qu’il se culpabilise de ne pas aller voir dans sa maison des Hautes-Alpes, et puis surtout de ses infidélités à sa femme.

La seconde, quant à elle, est censée être le fameux roman qu’il a décidé d’intituler Trois Jours chez ma mère et que le narrateur n’arrivait pas à écrire jusque là.

Mais, rien ne change dans ce récit toujours écrit à la première personne et qui met en scène cette fois un certain François Weyerstein dont les filles ne s’appellent plus Zoé et Woglinde, mais Chloé et Sieglinde.

Il se souvient de ses torrides aventures avec des femmes qu’il a connues lorsqu’il était jeune, il est poursuivi par le fisc… Jusqu’au jour où un incident va le contraindre à vraiment passer ces 3 jours chez sa mère.

Ce livre, qu’on ne peut appeler roman, car il s’agit davantage d’un récit est plutôt ennuyeux et décousu et on en retire peu de plaisir ou d’intérêt. Il n’est pas particulièrement bien écrit et contient des passages sexuels inutilement crus.

Le fait que ce livre ait eu le Prix Goncourt en 2005 est un réel mystère. La question est la même que pour le dernier Houellebecq. Pourquoi décerner un tel prix à un tel livre ? À croire que le petit milieu qui décerne les prix littéraires ne cherche pas à couronner la littérature, mais un  auteur.

François Weyergans est cinéaste et écrivain et est le seul à avoir reçu le Prix Goncourt et le Prix Renaudot…

Trois jours chez ma mère de François Weyergans chez Folio


Morceaux choisis :

« Le bon voyageur devient romancier, ce qui n’empêche pas les voyages d’être poétiques, mais quand même les voyages relèvent de la prose. »

« Connaît-on jamais la vie de ses parents ? Est-ce qu’on ne passe pas notre vie à passer à côté de celle des gens qu’on aime ? »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Catégories: Critiques, ★☆☆☆☆ - À éviter · Tags:

Laissez un commentaire